Tribune du vendredi N°9 : HOMMAGE AU KHALIF DES LAYENES

01 janvier 2021 à 13h15 - 471 vues

Tribune du vendredi N°9 :

[En ce vendredi qui coïncide avec le jour de l'an 2021 Allah aura voulu que le 9e numéro de ma Tribune du Vendredi coïncide avec le premier vendredi de l'an 2021 qui se trouve aussi être le jour de l'an. Il sera donc le premier numéro publié en 2021. C'est pourquoi je "dresse" cette première tribune de 2021 en l'honneur d'un être qui m'est tellement cher pour m'avoir immergé très tôt, très profondément dans cet océan de béatitude qu'est Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (asws). ]

UN HOMMAGE À NOTRE CHER KHALIF LA FIERTÉ DES AHLOULAHI : SEYDINA EL HADJI ABDOULAYE THIAW LAHI IBN SEYDINA ISSA ROHOULAHI (AS)

Nous n'avons pas connu la prunelle de nos yeux, la fibre nourricière de nos cœurs embaumés à la senteur du "laa ilaaha illaa Allah", je veux nommer "Yaakaari Jaam Ñi" Seydina Limamou Lahi Al Moukhtâr Wa Seydil Anlamîna (asws) à qui nous disons pourtant fièrement :

Alassaan ak Seeni

Ki nu woolu naxu nu

Jaaraama Baay Laahi

Laa ilaaha illaa Allah

Nous connaissions moins son fils aîné "Al Massiikh" Seydina Issa Rohoulahi (asws) à qui nous disons pourtant à la suite de nos parents :

Gënël nga nu sunuy nday

Gënël nga nu sunuy baay

Té yaa gën sunuy maam

Gënël nuy junni

Nous n'avons pas non plus connu Borom "Yeurmandé ji" Seydina Mandione Lahi ibn Seydina Limamou Lahi (as) que nous sollicitons pourtant en ces termes :

Seynaa Maanjoon yaa nuy jallé

Laa ilaaha illaa Allah

Ou encore

Kuy ñaani paas

Seetil Manjoon

Mooy jallé jaam ña Ilaahi

Nous ne connaissions pas plus "Bâbul Ulûm" Seydina Ababacar Lahi (as) dont nous chantons pourtant tristement la disparition en ces termes : 

Laa ilaaha illaa Allah

Ababacar mbay Sadiix

Mbayoo Yaaram ba dem na

Laa ilaaha illaa Allah

Mais si nous les aimons tous si fort aujourd'hui d'un amour inconditionnel, si nous les admirons d'une admiration qui frise la vénération, si nous avons enfin cette fierté d'être leurs descendants et leurs disciples c'est grâce à notre bien-aimé "Maréchalou Diiné ji" Serigne Ablaye. En effet, son éloquence légendaire, son talent reconnu de fin orateur, sa facilité à manier le verbe (normal ! il est le fils du "Verbe" d'Allah) lui ont permis à travers des discours dithyrambiques, aussi élogieux que révélateurs de nous les faire connaître et les adorer tous. Et nous ne pouvions alors que les aimer plus que notre propre vie !

Si nous connaissons et raffolons des écrits des grands auteurs de la communauté Ahloulahi parmi lesquels l'éminent Cheikh Mahtar Lo (rta) avec son célèbre ouvrage biographique sur le saint-maitre (asws) "Bushral Muhibbîna Wa tayhîzul Jâhiliin" et le précieux recueil des sermons du saint-maitre (asws), le pertinent Cheikh Abdoulaye Sylla (rta) et ses bénéfiques "Îzâlul Jahl", "Husnul Jawâb", Sifatu Rassul", "Kitâboul Oussoûl", le grand érudit Cheikh Doun Pathé Ndoye (rta) et son précieux "Jawâbu Sâhil", l'efficace Cheikh Modou Mboup "Al Ghârikhou" (rta) et son succulent "Diiwaan", etc. ;

Si nous aimons nous laisser bercer par les délices poétiques de Libasse Niang (rta) et Baye Malick Mbaye (rta) ;

Si nous connaissons et aimons en outre "Al Sultânul Awliyâi" Seydi Abdoul Khâdir Al Jîlânî (rta) qui, avec ses valeureux successeurs dont les grands "Aqtab" (pôles) Cheikhna Cheikh Sadbouh (rta) de Nimzatt et Cheikh Bouh Mouhammed Kounta (rta) de Ndiassane, nous ont abreuvé dans les merveilles ésotériques de la sainte voie "Khadriya" ;

Si nous adorons "Al Qutbul Aqtab, wa Barzahul Maktûm wa Tâjul Ânrifîna" Seydi Cheikh Ahmad At-Tîjânî Chérif (rta) et son valeureux Mouhaddam, le grand "Qutbu Zamâne" Cheikh Oumar Al Foûtiyî Tall (rta) qui, avec ses valeureux successeurs dont nos fiertés nationales Cheikh Sîdî El Hadji Malick Sy (rta), Cheikh Abdoulaye Niasse (rta), Cheikh Amary Ndack Seck (rta), etc. nous ont enivré dans les joies de la vertueuse voie "Tîjâne" ;

Si nous sommes fiers de notre Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul (rta) national qui nous a gratifié de la merveilleuse voie de la "Mouridoulahi" et ses savoureux panégyriques en l'honneur du meilleur du meilleur de la création ;

C'est encore grâce à Seydina El Hadji Abdoulaye Thiaw Lahi. À ce propos qui ne se rappelle pas encore des célèbres nuits religieuses qu'il animait un peu partout dans le pays et qui lui servaient de tribune pour convoquer et nous faire découvrir les écrits de ces différents saints tidjanes, khadres et mourides que nous venons de citer ? Il en profitait toujours pour raconter leurs histoires respectives et nous les offrir en modèles à suivre. Et l'espace d'un moment les chants religieux de la communauté Ahloulahi, animés par des disciples Layènes, se transformaient tour à tour en "jangui" tidjanes, ensuite en "jangui" khadres et en "jangui" mourides. C'est aussi ce qui donnait au Gamou de Yoff Layène sa particularité universelle en ce sens que l'ambassadeur plénipotentiaire de l'Islam qu'est Serigne Ablaye "Sayful Islam" agrémentait sa causerie sur la vie du prophète de l'islam en revisitant l’histoire et le répertoire littéraire des chantres de Seydina Mouhammad (asws) dont Cheikh Sîdî El Hadji Malick Sy avec notamment son célèbre et enrichissant "Hilâçu Zahab", Cheikh Ahmadou Bamba avec son apaisant "Jazbul Hulûb", ou encore "Mawâhibu Nâfih", etc. Enfin qui ne se rappelle pas encore de cette belle trouvaille qu'il fit et qui consiste à faire chanter aux disciples Layènes les différents hymnes des communautés religieuses musulmanes du pays pendant la cérémonie officielle de la célébration de l'anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou Lahi (asws) ?

Pour clôturer cet hommage je cite ces deux vers de son fils, mon cousin Serigne Cheikh Mbacké Lahi qui résument mes mille discours sur cette fierté multidimensionnelle et pluri-générationnelle :

Léral na Baay Laahi ba xol yi leer

Leeral na Issa ba xol yi leer

Rëyul du xastaaté moodi gòr

Sagal na Lislaamu Mahdiyu

Ci rewmi ñeppaa ko jox njukkël

Murid bi tiijaan xaadir ñasseen

Ba "Paap" ba seedeel ko moo fi gën

Lii bir na mooy seedee Mahdiyu

Qu'Allah lui accorde une longue vie dans la santé et la prospérité par la sainteté de ses prédécesseurs et amis Baye Seydi Thiaw Lahi et Seydina Mame Alassane Lahi.

PS : je vous invite tous à prendre quelques minutes pour réciter les Sourate Fatiha 3 fois, Likhlaas 3 fois, la Salâtoul Fatiha 3 fois, la Falakhi 1 fois, Nassi 1 fois, Alam nacharah 1 fois et clôturer par la salâtou anla Nabi 1 fois en guise de "Hadiya" à notre Khalif.

 

Excellent Ziar à toutes et à tous !

 

Par Chérif Alassane Lahi Diop,

"Sibt Sâhibou Zamâne",

Secrétaire général de Vision 129

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article