TRIBUNE DU VENDREDI N°39 :  La Destruction des Valeurs par les Séries Sénégalaises

30 juillet 2021 à 12h15 - 444 vues

LA DESTRUCTION DES VALEURS PAR LES SÉRIES SÉNÉGALAISES 

Le Sénégal est un pays atypique avec des spécificités que l’on ne retrouve quasiment nulle part ailleurs. En effet, la population sénégalaise est majoritairement composée par des croyants (musulmans et catholiques) avec un pourcentage de 95% des fidèles de l’Islam. Mais dans ce pays, il faut savoir qu’une importance toute particulière est donnée à des valeurs morales aussi bien issues de la religion (islamique et chrétienne) qu'héritées de la culture « ceddo » bien antérieure à la pénétration des religions monothéistes. Parmi ces valeurs il y a le «kersa » (pudeur), le « yiiw », le « fayda » (scrupule), le « fullë » (vergogne), le « jom » (dignité), le « suturë » (bienveillance), etc.

Or, ces dernières années le cinéma sénégalais s’est beaucoup développé et a produit une flopée de séries télévisés dont le succès exponentiel a dépassé nos frontières nationales et se fait ressentir jusque dans la sous-région africaine et même au de-là. Nous pouvons citer « Maitresse d’un homme marié » qui, même si le titre a permis à ses acteurs de recevoir des prix en Côte d’Ivoire. Toutefois plusieurs voix autorisées se sont levées depuis la première saison de cette série et celles identiques pour dénoncer un heurt des sensibilités religieuses nationales induit par un « appel sans équivoque à la débauche et à la destruction des valeurs morales ancestrales». Avec des scènes jugées trop osées et entièrement contraires aux réalités qui prévalent sous nos cieux, ces séries scandaleuses n'ont plus rien à envier aux programmes télés des pays occidentaux caractérisés par une liberté totale – parfois même hors limite – dans les paroles et actions jouées. Aussi, est-il fréquent de voir la mise en scène d’histoires d’adultère, d’inceste, et où le tabagisme, l’alcoolisme, la drogue, le mensonge, l’arnaque, la trahison, l’homosexualité, bref la perte des valeurs sont fortement encouragés à souhait. Les principes religieux sont très souvent tournés en dérision tandis que les hommes de religion sont tournés en bourrique. Pourtant d’autres voix semblent encourager la production de telles séries libertines et provocatrices à la fois en osant même parler d’« hypocrisie » à l’endroit de ceux qui s’opposent et en avançant bêtement qu’ « elles ne sont que le reflet de la société sénégalaise [actuelle] ». L'ironie du sort est que ces gens pensent qu'elles éveillent les consciences avec la production de telles séries. À ces gens nous leur rappelons ces paroles du Très-Haut :

(وَإِذَا قِیلَ لَهُمۡ لَا تُفۡسِدُوا۟ فِی ٱلۡأَرۡضِ قَالُوۤا۟ إِنَّمَا نَحۡنُ مُصۡلِحُونَ)

« Et quand on leur dit: "Ne semez pas le désordre sur la terre!", ils disent: "Au contraire, nous ne sommes que des réformateurs!" » [Sourate Al-Baqarah 11].

Alors, à cette catégorie de personnes impertinentes et dangereuses à la fois nous disons que même si une bonne partie de nos valeurs est actuellement bafouée, détruite aussi, ce n’est pas une raison valable pour afficher cette perte de valeurs au vu et au su de tous. En effet, nombreux sont, dans ce pays, ceux qui ignorent la plupart des pratiques immorales, indécentes jouées dans ces séries controversées. Et en plus il y en d’autres qui, même s’ils sont au courant aussi n’ont pas le courage de s’en adonner. Or, en jouant certaines scènes ou en faisant jouer certains rôles les producteurs et scénaristes contribuent à les banaliser, les rendre habituelle, pour finalement les rendre acceptables en mettant dans la tête des faibles d’esprit que ces pratiques sont normales, naturelles. Nous semblons oublier que nos valeureux guides religieux, acteurs émérites de la résistance culturelle face à l’impérialisme européen se sont vaillamment opposés à toute forme d’assimilation culturelle articulée à travers la propagation des valeurs occidentales. Or, les nombreux efforts fournis par le brave « Mujâhidîn » en chef Cheikh Oumar Al Foutiyi, le pertinent Cheikh Sidi El Hadji Malick Sy, l’efficace Cheikh Ahmadou Bamba et le stratégique saint-maitre « Yaakaari Jamm Ñi » Seydina Limamou Lahi (asws) sont entrain d’être réduits à néant par le simple fait d’une minorité de gens avides (producteurs de telles séries contraires à nos valeurs morales et religieuses) qui ne sont mus que par une volonté de s’enrichir par tous les moyens quitte à s’allier avec le diable. Nous sommes sûrs que les scènes jouées dans ces séries auraient été un motif plus que suffisants pour les pères fondateurs les plus pacifiques de cette nation pour déclencher un « jihad fî sabilil-Lâhi » mené à l’unisson contre les scénaristes et maisons de production incriminés.

Ces séries auraient dû prendre en compte nos spécificités purement sénégalaises et devaient être utilisées pour éduquer et pour mieux sensibiliser les masses sur les menaces qui guettent nos valeurs collectives mais aussi servir de moyens pour informer sur la nécessité de retourner au legs moral qui fait aussi la stabilité et l’harmonie de ce peuple indivisible.

Nous dénonçons catégoriquement les recents écarts de la série INFIDELE et invitons l'autorité de régulation (CNRA) à mieux faire leur travail.

Concernant nos frères et sœurs Ahloulahi nous rappelons cette recommandation du saint-maitre (asws) :

"Riirëndoo leen ak wa Aduna, waayé bu mu yeegg si seeni xol".

Au demeurant, cela pose sur la table la nécessité de mettre en place un Haut Conseil Islamique fort, qui, à défaut de réunir tous les Khalifs généraux du pays autour d'un cadre de concertation fraternelle, permettra de rassembler leurs mandataires et plénipotentiaires respectifs pour discuter et harmoniser les positions concernant certaines questions liées au culte (date pour le démarrage ou la clôture du jeûne, fermeture ou non des mosquées en période de Covid-19, etc.) et pour protéger les intérêts de l'islam contre ces lobbies venus d'ailleurs.

Par Chérif Alassane Lahi Diop "Sibt Sâhibou Zamâne", 

Analyste politique et économique,

Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales,

Secrétaire Général de Vision 129.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article