SEYDINA MANDIONE LAHI, MODELE PARFAIT DU DISCIPLE

14 août 2020 à 23h18 - 683 vues
DEUXIEME PARTIE DE NOTRE POST SUR SEYDINA MANDIONE LAHI

Une fois que Seydina Issa Rohoulahi (as) fut intronisé 1er Khalif du meilleur des hommes, Seydina Limamou Lahi (asws), Seydina Mandione qui avait assuré l'intérim pendant tout ce temps troqua sa position très enviée de vice-khalif à celle de premier disciple et premier serviteur de son grand frère "Al Massîh". Et cette situation s'éternisa pendant les 40 ans que dura le califat de Seydina Issa Rohoulahi (as), durant lesquels Seydina Mandione ne demanda jamais aucune faveur particulière ni ne fit valoir son statut de deuxième fils de Seydina Limamou Lahi (asws).

Le mufti de Yeumbeul, Imam Mouhamadou Sakhir relevait ce fait à travers ces vers :

Topp na Isaa magam ñeen fukki at yu kamaal

Te mosula yoxyoxi mbaa muy yoxat ci diir ba mu am

Pour dire que Seydina Mandione, le descendant du légendaire Mame Ganna Diop de Yoff, s'est soumis à son frère aîné (qui se trouve aussi être son neveu du coté maternel) pendant 40 ans complets sans jamais faiblir, sans jamais se plaindre [malgré la rigueur de Seydina Issa et toutes les dures conditions auxquelles il éprouva son cadet].

Seydina Mandione Lahi fut le modèle du disciple parfait parmi les Ahloulahi à bien des égards. Allah lui rétribua son désintéressement et son engagement en l'élevant à la dignité de deuxième khalif du meilleur des hommes en l'an 1368 de l'hégire correspondant à l'an 1949 marquant la fin du vicariat de "Borom Jamono" Seydina Issa Rohoulahi (as). Seydina Mandione avait alors le même âge de 68 ans qu'avait le grand "Qutbu Zamâne", le fervent maître du jihad, Cheikh El Hadji Oumar Al Foûtiyî avant de disparaître mystérieusement dans les falaises de Bandjagara.

Par ailleurs, Imam Sakhir ouvre une petite fenêtre sur son califat très mouvementé à ses débuts :

Manjoon yaay ki xam dunyaa bi ngay wuutu boo dul woon

Ku mat koon nu saawaatoo ba tey dootu nu yem baa

Autrement dit, Mandione, tu es réellement celui qui comprend le mieux ce bas-monde car en accédant au califat si tu n'étais pas doté de sagesse notre communauté se serait désintégrée sans possibilité de la ré-assembler.

A travers ces vers le regretté imam ratib de la mosquée de Yeumbeul décrit le contexte mouvementé de l'accession de Mame Ndione au califat du Mahdi (asws).

Contexte marqué par plusieurs faits de société (désarroi parmi les fidèles suite à la disparition de Seydina Issa, tentative de positionnement des uns sur fond d'interet personnel et de recherche immodérée du capital) comme le rapportent les vers suivants :

Da noo jaaxle woon tiit ngir demuk Seydinaa Isaa

Ku nekkay palamtu ngir ga jaaxle gu am boobaa

Et c'est dans cette période trouble que la vraie dimension, la grandeur même de Seydina Mandione, son leadership hors du commun et sa sagesse légendaire se révélèrent au sein de la communauté des Partisans d'Allah.

En effet Imam Sakhir raconte :

Nga ñëw àndak sak mat ni tekk di xool dunyaa

Ba xàmmee la nëx, teeyal ka, booleek di gaar tojbaa

Pour dire que dans ce contexte trouble marquant le début de son califat, Seydina Mandione s'arma de sa sagesse et plongea dans un mutisme stratégique qui lui permit de mieux étudier la situation (les enjeux, les intérêts et motivations de chacune des parties en quête de pouvoir). Il fini par identifer la source de toute cette agitation, ce positionnement intéressé avant d'apporter la solution bien heureuse qui assura la stabilité durant son magistère et qui prévaut jusqu'à nos jours. Et la solution qu'il apporta n'était rien d'autre que de laisser apparaître sa nature profonde, qui a fini par montrer que Seydina Mandione n'avait pas son égal en son temps, l'a élevé au-dessus des masses Ahloulahi.

Cette nature profonde se traduisait par son sens élevé de la valeur capitale du "doylu" (caractère de celui qui se suffit de ce qu'il a ou du minimum dont Allah l'a gratifié) comme le précisent encore ces vers :

Da ngaa doylu moo tax doy nga Yàll ak mbindééf yi ngir

Da nga fekk nit ñiy doora xér ngir di ut jal baa

C'est pourquoi son califat s'est inscrit dans la continuité de la mission des deux prophètes noirs que sont son père Seydina Limamou Lahi (asws) et son son frère le messie Seydina Issa Rohoulahi (as) à savoir assurer la tarbiya (l'éducation fondamentale et indispensable) des fidèles pour les mener sur la voie du Salut.

Seydinaa Manjoon ku ka am, xawma looy xalaata ti

Par Chérif Al Hassan Lahi Diop,
Secrétaire Général de Vision 129

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article