C'EST QUOI ETRE LAYENE ?

11 mai 2020 à 17h59 - 251 vues

Les Ahloulahi (communauté des partisans d'Allah), communément appelés les Layènes, sont les disciples du saint-maitre Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (asws). Alors ce matin je me suis réveillé avec cette forte envie de tenter de décrire ce que c'est qu'un Layène.
Ainsi il faut savoir que le Layène comme tout croyant est celui qui reconnaît qu'il n'y a qu'un seul et unique Dieu qui n'a pas eu besoin de quelqu'un pour exister, qui n'a jamais enfanté et qui n'a besoin de personne pour l'assister dans Sa Royauté et Son Commandement. C'est aussi celui qui reconnaît que les attributs de ce Seigneur Bon et Très Miséricordieux sont uniques et qu'Il est Omniscient, Omnipotent, et Omniprésent à la fois.

C'est pourquoi avant de faire chacune des 5 prières quotidiennes, le layene s'adonne pendant plusieurs minutes à louer l'unicité et la grandeur divine à travers le zikr de la formule du tawhiid " lâ illâha illâ Allah" jusqu'à ce que son cœur, son esprit et tous les membres de son corps soient remplis par Allah avant d'enfin sacrifier à la prière.
À cela s'ajoute le fait qu'au cours de sa prière, à chaque fois qu'il s'incline devant la Majesté du Seigneur, le Layène renouvelle son pacte envers Allah et Son Messager en témoignant : "âmanâ bil lâhi wa rassûlihi".
De même toujours au cours de ses prières quotidiennes, à chaque fois qu'il se prosterne devant la Grandeur du Seigneur, le Layène Le Loue en témoignant sa croyance en Lui (Allah), en tous ses messagers sans exceptions, en ses anges, en ses livres et au Jour du Jugement Dernier (Subhânaka innî âmantu bil-Lâhi wa russulihi, wa malâikatihi, wa kutubihi, wal yawmil âqiri).
Après avoir prononcé le salut final à l'issue de ses prières, le Layène renouvelle à 3 reprises la profession de foi qui est la condition fondamentale pour entrer dans l'Islam (lâ illâha illâ Allah Mouhamadou Rassoulou Lâhi çalla Lâhou anleyhi wa sallam), ensuite il prie sur le Messager à 3 reprises aussi (Allâhumma çalli anlâ Seydinâ Mouhammadine wa çallim) tel que recommandé par Allah (yâ ayuhal lëzîna âmanû çallû anleyhi wa sallimu taslîman).
C'est aussi celui qui à chaque heure de prière, renouvelle ses ablutions.

Le Layène est toujours reconnaissant envers Allah : quand une bonne chose arrive dans sa vie, il est reconnaissant envers Allah et le cas contraire il est toujours reconnaissant et s'arme de patience et de prières. C'est pourquoi après chaque prière quotidienne qu'il soit dans le bonheur ou le malheur, il louera Allah 100 fois à travers la formule "Al hamdoulilahi Rabbil Ânlamîne" (cf. Tassab).
Ensuite le Layène c'est celui qui ne mange, qui ne boit, qui ne porte, qui ne monte que sur ce qui est proprement acquis (illâ tayibane).
C'est aussi celui qui promeut la bonne entente autour de lui et qui bannit toute forme de querelle, d'inimitié, de haine et de mésentente.
C'est celui qui lit et relit avec beaucoup d'intérêt le livre sacré (Al Qur'ân) en s'efforçant de suivre au maximum les recommandations et en évitant toujours au maximum les interdits en son sein.

C'est aussi celui qui voue un amour profond à tout guide religieux qu'il soit de sa communauté ou d'autre communauté islamique. Ainsi le Layène aime, respecte et aidera dans les affaires religieuses tous les guides religieux à sa connaissance : Cheikh Ahmadou Bamba, Cheikh Sidy El hadji Malick Sy, Cheikh Abdoulaye Niasse, Cheikh Amary Ndack Seck, Cheikh Bouh Kounta, Cheikhna Cheikh Sadbouh et tous les autres guides de même que leurs descendants et mouhaddams). Il ne tient jamais aucun propos irrévérencieux envers eux ni ne les sous-estiment. Il leur reconnaît leur sainteté et toutes leurs prestigieuses œuvres respectives.
Le Layène aime tous les musulmans sans exception ni distinction aucune.

Le Layène c'est aussi celui qui dès qu'il gagne une somme d'argent ou un bien quelconque, calcule de suite la part de zakat qu'il remet aussitôt aux ayants droit. Il n'attend donc pas 365 jours pour partager son gain avec eux.
Le Layène c'est aussi celui qui considère chacune des nuits du ramadan comme étant la Leylatul Khadr. C'est pourquoi les actes de dévotion qu'il aurait aimé faire pendant cette nuit bénie dont Allah disait qu'elle est meilleure que mille mois, le Layène les fait pendant toute les nuits du mois sacré de Ramadan. C'est pourquoi il ne rate jamais la célèbre nuit bénie.

Le Layène ne sous-estime pas son prochain : il ne se considère pas supérieur à qui que ce soit. Il rejette toute discrimination d'ordre social et ne reconnaît pas les barrières entre "gueer" et ñeeño (guewel, teugueu, laobé, woudé, maabo, etc). Il considère tout musulman comme frère, comme sœur, comme parent et ne s'éloigne pas ni ne se désolidarise d'eux. Le Layène adopte comme nom de famille "Lâhi" (qui traduit l'acceptation du fidèle d'être un esclave d'Allah). Ainsi par exemple "Alassane Lâhi" signifiant "Alassane [appartenant] ou l'esclave d'Allah". En adoptant le patronyme "Lâhi" parmi les Ahloulahi, on ne reconnaît plus l'appartenance des uns et des autres à une quelconque classe sociale.

Le Layène ne rivalise pas dans l'acquisition des biens et richesses de ce monde : il rivalise plutôt dans la crainte d'Allah et la recherche de l'agrément du Tout-Puissant et l'accumulation de mérites pour l'Autre Monde.
Le Layène c'est aussi le non-violent par excellence. En effet si on l'agressait en coupant son chapelet, il ne réagirait pas mais essaierait de ramasser les perles éparpillées. Et si son agresseur lui interdisait de les ramasser, il les y laisserait et irait chercher un autre chapelet. Le Layène ne fait pas du tort à son prochain ni par sa langue, ni par ses mains (المسلم من سلم المسلمون من لسانه ويده).
Le Layène évite les rassemblements inutiles tels que les cérémonies de funérailles.

En resumé, le Layène c'est le modèle de serviteurs d'Allah décrits par ces nobles versets du Coran :
(وَعِبَادُ ٱلرَّحۡمَـٰنِ ٱلَّذِینَ یَمۡشُونَ عَلَى ٱلۡأَرۡضِ هَوۡنࣰا وَإِذَا خَاطَبَهُمُ ٱلۡجَـٰهِلُونَ قَالُوا۟ سَلَـٰمࣰا)
[Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s'adressent à eux, disent: «Paix»,]
كُنتُمۡ خَیۡرَ أُمَّةٍ أُخۡرِجَتۡ لِلنَّاسِ تَأۡمُرُونَ بِٱلۡمَعۡرُوفِ وَتَنۡهَوۡنَ عَنِ ٱلۡمُنكَرِ وَتُؤۡمِنُونَ بِٱللهِ
[Vous êtes la meilleure communauté, qu'on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Allah.]

C'est sans doute à cause de ce mode de vie hors du commun mêlant piété, crainte de Dieu et ascétisme que les autres créatures d'Allah disaient à nos aïeuls "yéna gëm ki gën, yéna yor li gën..."
L'artisan émérite de ce modèle éducatif pur n'est personne d'autre que l'élu Seydina Limamou Lahi (asws) dont nous sommes tellement fiers et envers qui nous serons éternellement reconnaissants!
Mes salutations et "ziaar" à tous les aspirants Layènes qui, tout comme moi, nourrissent l'immense souhait de devenir des Layènes tels que le furent nos aïeux.
Au demeurant sachons que :

Ñoun gaayi Baay Laahi, na ñu gëm té woolu
Yaakaar té doylu laay laa ilaa laa

Ñun gaayo Baay Laahi, na ñu muñ té yaatu
Maygaa ngui ak Baay Laahi, laay laa ilaa laa

Par Chérif Alassane Lahi Diop,
Aspirant-Layène,
Secrétaire Général de Vision 129

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article